André le 4 décembre 2016
J'ai terminé hier soir la lecture de Et si nous étions libres commencée le mardi 18 octobre 2016. Lors de cette lecture, de temps à autre mes yeux se brouillèrent, parfois quelques larmes s’échappèrent des paupières qui se fermaient doucement pour une réflexion intérieure.

Les mots « …de choisir le jour de notre mort. » vinrent s’ajouter progressivement au titre de ton roman. J’ai chevauché la crête des vagues de mes émotions dont l’intensité fluctua au fil des pages parcourues ces dernières sept semaines. Tout au long de ce voyage, de ces voyages, de ces voyages de vie, un voile d’éternité s’est superposé au vécu des protagonistes. Les perles du collier de la vie de chaque personnage ont brillé tour à tour ; certains fils se sont volontairement coupés, d’autres accidentellement. Les perles se sont répandues dans la trame du temps à l’image des cendres éparpillées sur les vagues aux reflets d’argents.

Le filtre, le philtre de la mort en fond de trame m’offrit une réflexion sur la relativité de notre voyage sur Terre, et, à l’image de la fable Un vieux professeur, de garder à l’esprit mes priorités afin de leur consacrer le temps précieux qui s’écoule tel le sable au travers des doigts de la main. Comme tu l’as écrit la photo est la preuve flagrante de ce qui n’est plus. Alors que les instants sur image soient auréolés de la beauté, du mystère et de la magie de la vie …et que les choix reflètent ceux du cœur et non ceux du mental, des choix libres du conditionnement familial, sociétal et religieux.

La mort, cette compagne de tous les instants, n’est-elle pas là pour nous inviter à savourer chaque instant de l’existence quelque soit le contexte de chaque vie ; tout est important, rien n’est important. Le temps qui s’écoule glisse sur les événements et les circonstances, telle une vague qui efface les empreintes de pas sur le sable mouillé. La trame de la vie se tisse des milliards de fils de vie qui évoluent sur Terre.

Merci Annick pour ce roman qui a poétisé ces dernières semaines.

 

Tara le 23/07/2015
" Un magnifique roman sur la liberté sans tabou : une révélation de l’année ! La beauté et l’invitation aux voyages au gré du personnage de Catherine (narratrice), sans oublier nos chers compagnons les chats présents tout le long de l’histoire. Une lecture accessible à tous, une fluidité dans les événements tous en détails. Les personnages vivent par eux-même, j’en arrivais même à oublier l’auteur, tellement chacun d’eux avaient une vie autonome, toutes les facettes de la vie y sont. Les relations entre ces personnages s’entremêlent en toutes subtilités, qui laissent libre cours à l’imagination du lecteur. Nous passons à travers tous les états émotionnels intenses. Quand nous nous posons la question sur la vie, inévitablement la mort se présente à nous. L’auteur a su nous amener ou toucher du doigt le grand passage… Une ouverture d’esprit et une autre vision que nous pouvons avoir sur les personnes qui décident librement de partir, ni juge, ni jugement dernier… Etre libre tout simplement. "

_______________________________

Alain le 25/07/2015
" Étonnant roman magnifiquement écrit dont le titre "Si nous étions libres" me paraît particulièrement adapté. Les personnages mis en scène sont bien campés et chacun dans le rôle attribué va vivre pleinement sa liberté en vue de l'épanouissement de son être. Les partenaires s'échangent de façon inattendue et improbable au grès des rencontres, on se prend au jeu des amours et des tendres ébats, sans en apprendre plus sur les pratiques performantes utilisées, tel n'étant pas le sujet du livre. Les aventures de nos héros, nous conduisent dans des sites d'exception tels que Alexandrie, la mer Rouge, Venise, Los Angeles, et l'un d'eux moins connu les Îles du Frioul au large de Marseille, sauvages et attachantes. Pas besoin de nous déplacer, nous avons l'impression de les visiter en compagnie de l'auteur. Être libre, conduit ici à un dénouement présenté dans une logique implacable mais malheureusement tragique qui nous émeut puissamment car nous avions fini par les aimer nos héros et leur souhaitions béatement un bonheur éternel. L'auteur n'hésite pas à envisager l'existence d'un monde invisible en relation avec notre monde quotidien qui ouvre des perspectives heureuses pour le devenir des âmes, atténuant du même coup l'aspect dramatique du dénouement "

_______________________________

Anne le 08/07/2015
" Superbe livre ! Un long moment d'immersion dans cette vie hors du commun, qui a sans doute de nombreux points commun avec la tienne. Une bouffée de romantisme, et une écriture toute en finesse,je me suis laissée emporter avec plaisir jusqu'au fond de l'Egypte dans ce roman « parsemé » de chats… J'ose espérer, que, comme ton héroïne, tu publieras d'autres romans. "

________________________________
A deux lignes

http://www.adeuxlignes.fr/?p=1640

17 juillet 2015
Et si nous étions libres, Annick Cherville

Voilà un livre dense et exigeant mais s’il vous plait ne fuyez pas ! Il fait plus de 700 pages et ne comporte pas de larges marges blanches. Étant une adepte (voire addict) des poches ça a été ma toute première surprise en sortant de la librairie, son poids, sa densité.

J’avoue avoir eu peur de m’ennuyer dès les premières pages, n’étant pas trop habituée à ce type de lecture. Le titre me renvoyait une image convenue (du style Et si c’était vrai ou encore Je reviens te chercher), un sentiment de déjà vu qui me faisait craindre le pire. La photo de couverture – étant, je pense, un choix de l’éditeur – ne rehaussait malheureusement pas cette première impression. Cependant, au fil des pages, le récit propose bien des surprises et cela m’a finalement portée.

Pour lire la suite…

________________________________
André, 19 juin 2015
" J'ai reçu ton livre. J'ai commencé la lecture mais je ne lis pas très longtemps (fatigue des yeux et autres) Cela dit, il est très facile à lire et prenant... même pour moi qui lit rarement des romans ! Je le lirai donc jusqu'au bout et je te donnerai mon avis (qui reste au niveau du commun des lecteurs). J'apprécie beaucoup les références aux chansons d'époque ! Cela donne une vérité et une légèreté au vécu de l'héroïne mais aussi, par ricochet, au lecteur.

André 7 juillet 2015
J'ai terminé ton livre. Et si nous étions libres ?

Titre accrocheur qui invite à lire pour connaître le secret de cette question : libres de quoi, au fait ? Si j'ai bien compris, la réponse est : peut-être sommes nous libres de choisir la façon et le moment de notre mort ? Cela laisse supposer que dans l'absolu : nous sommes libres... sans conséquences quel que soit notre choix...
... et que notre sentiment de ne pas être libre ne viendrait que de notre conditionnement.

Le Roman : J'ai particulièrement apprécié :
- Lecture aisée, captivante
- Références aux chansons d'époque qui flottent dans l'air, elles apportent une légèreté là où les situations sont pesantes et graves.
- Très belle description de l'environnement qui semble en osmose avec les sentiments de Catherine (notamment, partie 4 chapitre 10)
- Les retours sur les situations non encore dévoilées, par différentes occasions, sont intéressants (lettres, photos, visites, objet littéraire, etc.)
- Questionnements sur la mort et la liberté Partie 4 Chapitre 22 et suivants.

Les personnages :
- On se les imagine très facilement.
- Personnages de roman mais conformes, je le crois, à une certaine réalité de gens aisés voire blasés.
- Le lecteur s'identifie ou pas. Ce n'est pas mon cas, je suis à mille lieues de cette façon de vivre voire à l'opposé. Sourayan garde ses secrets (personnalité) mais quel dommage d'arrêter à 40 ans avec un tel potentiel !

Echo au livre - Mon vécu :
- L'un de mes frères s'est suicidé le vendredi 31 mai 2013 avec les mêmes idées que Sourayan. Une balle dans la tête, en haut d'une colline, face à une vue qu'il aimait, d'une façon planifiée, Totalement consciente.
- Quinze jours avant, il m'avait demandé mon avis par téléphone sur le suicide.
- Il est mort à 63 ans ; il y a une vingtaine d'années, il me disait déjà qu'il ne dépasserait pas 50 ans.
- Le lundi, veille de son enterrement, je suis seul et j'émets l'intention d'un contact. Je n'ai eu aucun rêve, je n'ai rien vu ni entendu mais au réveil, le mardi à 5h00 : Je sais ! Je comprends tout ! Son suicide, le sens de sa vie !
- Mon deuil est fait en un instant.

- Mes idées (origines catho) sur le suicide volent en éclat.
- Le jour même, après l'enterrement, j'ose en parler à mes autres frères et sœur. On m'écoute.
- Pendant les quelques semaines qui suivent, je l'ai suivi avec le tarot zen. Jacques s'est libéré d'un mental oppressant. Désormais, il est libre !

En conclusion : Ton livre aborde des sujets tabous avec beaucoup de retenue et de sensibilité, sans jugements. Mais la question reste posée : Et si nous étions libres, uniquement de : choisir... ? Ce qui ferait que, de notre acte - ou non acte -
Dans l'absolu, nous devrions en supporter les conséquences ?
Merci pour cet ouvrage, Incroyable coïncidence : J'ai loué le DVD Pierrot le fou
à ma médiathèque sans savoir que c'était une référence importante dans
ton livre ! "

_____________________________________
Vincent le 27/07/2015
" C'est l'histoire d'une femme qui vit, qui dit à travers des livres ce qu'elle vit. Elle est d'un temps, d'une traversée comme nous le sommes tous et elle est aussi singulière comme chacun l'est au fond de soi.
Jeune fille réfractaire sans être révoltée son entourage lui est étranger sans être hostile. Le sens de la vie lui est brumeux. Elle se lance dans la vie comme elle peut dans la vie facile des fêtes et des corps. Et puis elle est transportée de sentiments, s'attache à des gens qui comme elle ont une vie indépendante.
Et puis la mort est de plus en plus présente ouvrant de plus en plus la vie dans son questionnement et tout ça dans des paysages, des visages et toute une rage de vivre qui est côtoyée.
Les paroles échangées ont-elles une vie plus longue que celle de l’instant ?
A défaut de répondre simplement ce roman creuse ce qui fait résonance dans les circonstances de nos vies...
Un voyage dans une mentalité, une évolution de vie... un certain miroir
de soi-même... "

_____________________________________
Pia le 27/07/2015
" Nostalgie d'une époque où la soif de liberté nous transportait sur les routes à la poursuite du soleil, de la vie... et nous faisait goûter à tout...
Et si nous étions Libres d'Annick Cherville : certes, c'est un pavé comparé aux bouquins vite faits, mal écrits, des personnages sans consistance qui nous em... autant qu'ils s'ennuient dans leur vide intérieur mais ici, dans un premier roman, il y a une vraie écriture, de la sensibilité, de l'émotion dans ces vies brûlées , plongée dans une atmosphère quelque peu désenchantée mais émouvante dans la quête de liberté, loin des codes d'une morale prête à penser...
Une époque que les générations actuelles ont oublié, peut-être - Voir un blog qui en parle plutôt bien - http://isabelle.kevorkian.over-blog.com/2015/07/litterature-et-si-nous-etions-libres.html et puis en profiter pour réécouter Jimmy Hendrix, Joan Baez, the Doors, Janis Joplin, Léonard Cohen, Clapton et Bowie...
et du vieux et vrai rock sudiste des Allman band brothers… "

_____________________________________
Jacqueline 29 juillet 2015
" Une écriture fluide, imagée… Une magicienne de la langue ! Je me suis régalée en lisant ce roman où les rapports sur la vie, le vieillissement, la mort nous ramènent à nos interrogations, nos peurs, notre liberté sur nos choix…
Et le tabou : « Y- a-t-il une vie après la mort ? » Malgré des aventures
et des personnages atypiques, ce livre va à l’essentiel :
« notre vraie liberté sur vie et la mort ! » "

_____________________________________
Lucie, Le 27 septembre 2015
Bonjour, J'ai trouvé votre livre passionnant.
Il m'a surprise dans un premier temps. Je ne m'attendais pas à tant de liberté vis à vis des conventions sociales et à chaque fois je me disais "non elle a osé", un peu hésitante dans mon jugement puis je laissais sa chance à l'idée car je voulais en savoir plus.
J'avais l'impression d'être une petite souris qui voyait des choses qu'elle n'avait pas le droit de voir. Je voulais savoir comment évoluerait cette situation pourtant bannie par les conventions. En me disant que "oui, ce serait possible et ce ne serait pas si destructeur sans les jugements d'autrui et certains sentiments négatifs comme la jalousie, la possessivité..."
J'ai été en colère contre vous aussi, au début des suicides puis j'ai compris ce qu'ils représentaient, la forme ultime de liberté.
Votre livre m'a beaucoup fait réfléchir sur la mort mais encore plus sur ce que l'on "doit" aux autres. Et sur ce que cela nous empêche d'être, c'est à dire "libre de ses choix".
J'aime beaucoup la fluidité de votre écriture. Le livre est facilement lisible.
Ce que j'aimerais savoir depuis un moment, c'est ce qui vous a inspiré à écrire ce livre, vous basez-vous sur des expériences vécues ? Sur des expériences vécues par des connaissances ? Et si ce n'est pas trop indiscret puis-je me permettre d'en savoir un peu plus sur vous ? votre parcours ? votre âge ?
En vous remerciant pour votre réponse.

____________________________________
Marie-Françoise le 12/10/2105
" Je ne partage ni les convictions ni les pratiques de la narratrice et pourtant j'ai aimé ce gros roman pour son côté étrange, envoûtant, et parfois poétique. Et aussi pour son style clair, fluide avec toujours le mot juste et ses descriptions de lieux magiques. Bravo ! A quand un second roman ? "


haut de page